Sentinelle, quelle nouvelle de la nuit ?

 

Message sur Douma. On me crie de Séir : « Sentinelle, quelle nouvelle de la nuit ? Sentinelle, quelle nouvelle de la nuit ? » La sentinelle répond : « Le matin arrive, mais aussi la nuit. Si vous voulez poser des questions, posez-les ! Convertissez-vous et venez ! » (Esaïe 21 :11-12)

Dans ce texte biblique, quelqu’un demande avec une grande inquiétude à la sentinelle dans combien de temps va finir la nuit.

Cette question est propre à ceux qui passent par des moments obscurs et difficiles et à qui la venue de l’aube semble résister.

C’est certainement, en cette fin d’année et au début d’une nouvelle année, la question désespérée de beaucoup de gens qui se voient comme recouverts d’une longue nuit de difficultés sans fin et qui se demandent quand viendra l’aube d’un nouveau jour.

Nous vivons en cette fin d’année et au début de cette nouvelle année 2019 un temps de bouleversements de notre pays, laminé par la corruption, l’indifférence et l’arrogance des élites, une vision technocratique des changements à apporter au fonctionnement de la nation, face à un peuple qui, non exempt de défauts, travaille pour vivre et ne voit jamais le résultat de son travail tant il est accablé de taxes diverses.

A cela s’ajoute le facteur le plus profond qui sous-tend ces évènements, la maladie attachée à l’homme, le poison distillé dès l’origine dans son ADN : le péché, qui plonge dans une nuit noire l’ensemble de l’humanité qui vit sans Dieu.

Jadis, dans beaucoup de villes et villages d’Europe, les gens étaient familiarisés avec le veilleur de nuit dont la mission consistait, en attendant qu’apparaissent les illuminations électriques modernes, à allumer et à éteindre les lampadaires des rues, à veiller à la sécurité du quartier et à annoncer le moment de la nuit à qui, depuis sa maison, questionnait : « Veilleur ! Quelle heure est-il ? »

En Espagne, on les appelait les serenos, ils étaient chargés de chanter la nuit.

Les veilleurs de nuit pouvaient être amenés à raccompagner quelqu’un chez lui afin de lui éviter d’être détroussé par des voleurs. Assermentés, ils avaient même parfois la clé des habitations des gens.

Une autre coutume des veilleurs de nuit consistait à marcher et à annoncer leur présence par le biais du coup porté par leur bâton sur le sol.

Actuellement, en Afrique du Sud, existent des endroits où il y a des sentinelles qui sifflent pour empêcher d’agir des délinquants et assurer la paix des habitants qui se sentent ainsi protégés par la présence de ceux qui veillent sur leur sommeil.

De nos jours, le travail des veilleurs de nuit a été remplacé par les alarmes, les caméras, la télésurveillance ou des vigiles.

Toutefois, cela ne semble pas garantir le repos de beaucoup de personnes. Il manque des moyens pour qu’on trouve le sommeil et pire encore, la nuit angoissante se prolonge à cause de l’incertitude du lendemain, l’insécurité grandissante et, en définitive, les crises ou difficultés qui semblent ne jamais se terminer.

L’année 2018 a peut-être été pour vous une longue nuit d’inquiétude, le tout est de savoir si cela se poursuivra en 2019 de la même façon, y compris en ce qui concerne la sécurité des familles, la paix des peuples, le bien-être, l’éducation et le droit au travail et à un bon salaire, qui permet à toute personne de concrétiser ses rêves, bien souvent éloignés de la réalité vécue.

Aux portes de cette nouvelle année 2019, confions-nous à Dieu comme le Veilleur de nuit, la Sentinelle qui garde notre repos et nous permet de reposer en paix face aux menaces quotidiennes d’une crise qui se prolonge. ?

Dieu veille sur nous et pour nous, sa Parole dit qu’il ne sommeille ni ne dort (Psaume121 :4) et quand nous lui posons la question : « Veilleur de nuit ! Quand va finir la nuit ? » Sa réponse est que le matin vient et qu’il ne faut pas se focaliser sur la nuit.

Quelle réponse propre à réveiller l’espérance ! Combien de fois après une longue nuit le fait de savoir quand vient l’aurore nous permet de profiter d’un meilleur repos !

 

Honnêtement, je ne pense pas que la nuit va s’achever, par les temps qui courent, il serait difficile de tourner le dos à la réalité du fait que les 12 coups de minuit qui ont sonné le 31 décembre ne sont qu’un fait calendaire.

Pour autant, ne nous laissons pas envahir par le fatalisme ou le désespoir de ceux qui n’ont pas d’espérance dans l’avenir parce qu’il serait aux mains des politiciens impuissants, des financiers frustrés et des spéculateurs avides de richesse facile ou étrangère.

 

Conscient des temps qui courent, efforçons-nous d’être des lumières dans la nuit, accompagnons des gens qui nous sont chers et d’autres que Dieu mettra sur notre chemin, de façon à leur faire voir l’Etoile du matin, Jésus-Christ, seul espoir pour ce monde et afin que le Voleur (Satan) soit dissuadé de venir ravir le bonheur auquel peuvent aspirer ces personnes.

Réagissons, comme le veilleur, à la vision désespérée de ceux qui demandent combien de temps leur nuit va durer afin qu’ils tournent leur regard vers le Matin.

Enfin, en tant que disciples du Christ, marquons notre différence face au scepticisme croissant de ceux qui pensent que Dieu s’est endormi ou que la foi n’est qu’un élément qui appartient au passé.

Notre profession de foi doit nous transformer en personnes déterminées, fortifiées, en ouvriers de la dernière heure qui travaillent avec les yeux et le cœur fixés sur le jour et non les ténèbres, sur l’espérance et non la tribulation.

« Cela importe d’autant plus que vous savez en quel temps nous sommes : c’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru.  La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. » (Romains 13 :11-12)

 

Que le Seigneur fasse de vous en cette nouvelle année 2019 ses veilleurs de nuit, des sentinelles de prière et d’intercession pour garder les murs de la ville.

Je vous souhaite, grâce à Lui, une excellente année 2019 pleine de lumière, de paix et de repos.