LE BAPTÊME DANS LE SAINT-ESPRIT, CLÉ D’UN DYNAMISME PARTICULIER

Introduction : Le baptême dans le Saint-Esprit était la norme dans l’Eglise primitive pour un témoignage puissant de la part de l’Eglise, c’est avec l’assistance du Saint-Esprit qu’elle a rempli sa glorieuse mission et que le monde d’alors a été gagné à Christ.

En 1905, à Azusa Street, tout un groupe a redécouvert cette promesse de Dieu, quelque peu abandonnée au cours des siècles, et cela a provoqué une vague dite pentecôtiste et charismatique qui a cours jusqu’à maintenant, dans le monde entier.

I – Qui baptise du Saint-Esprit ?

Moi, je vous baptise d’eau pour la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales, lui vous baptisera de l’Esprit Saint et de feu. Mathieu 3/11

Jean répondait à tous, disant, Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, duquel je ne suis pas digne de délier la courroie des sandales, lui vous baptisera de l’Esprit Saint, et de feu. Luc 3/16

Et Jean rendit témoignage, disant, J’ai vu l’Esprit descendant du ciel comme une colombe, et il demeura sur lui. Et pour moi, je ne le connaissais pas ; mais celui qui m’a envoyé baptiser d’eau, celui-là me dit, Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre, et demeurer sur lui, c’est celui-là qui baptise de l’Esprit Saint. Et moi, j’ai vu et j’ai rendu témoignage que celui-ci est le Fils de Dieu. Jean 1/32-34

C’est donc Jésus qui baptise dans le Saint-Esprit et le feu. C’est lui qui avait dit aux disciples d’attendre à Jérusalem : Et il leur dit, Il est ainsi écrit ; et ainsi il fallait que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât d’entre les morts le troisième jour, et que la repentance et la rémission des péchés fussent prêchées en son nom à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. Et vous, vous êtes témoins de ces choses ; et voici, moi j’envoie sur vous la promesse de mon Père. Mais vous, demeurez dans la ville, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de puissance d’en haut. Luc 24/46-49

Une expression synonyme du baptême dans le Saint-Esprit : être revêtu de la puissance d’en Haut. = enfiler un vêtement, plonger dedans, s’enfoncer dedans.

Nous devons être baptisé, plongé et être revêtu de la puissance d’en haut, y être introduit et nous enfoncer dedans.

II – Baptême = immersion

Il s’agit bien d’un baptême avec tout son sens = plonger, immerger

Jean l’immergeur dans l’eau a annoncé Jésus, l’immergeur dans le Saint-Esprit.

Le baptême a le sens d’inauguration : comme le baptême d’eau nous introduit dans la famille de Dieu, le baptême dans le SE nous introduit dans la sphère surnaturelle de Dieu, la sphère des dons spirituels, des miracles et des prodiges. Il nous introduit dans la puissance, la dunamis de Dieu : ouverture aux dons spirituels, dimension de louange supplémentaire, une dimension de témoignage et d’évangélisation plus puissante, qui amène la croissance de l’Eglise.

Ezéchiel 47 nous parle d’un fleuve où Dieu souhaite voir le prophète s’immerger, dans lequel il veut le voir évoluer, nager. Dans ce fleuve de vie qui vient du Trône de Dieu, qui descendait du côté droit (cela nous rappelle le côté percé de Christ d’où coulait de l’eau, il y a abondance de vie). Le prophète est d’abord sur la rive, au seuil du fleuve et est invité à s’avancer, ce qu’il va faire timidement. Il est même question de poissons qui y viendront, ceux qui ne veulent pas y venir étant rejetés dans la lagune salée.

III – Une puissance pour être des témoins

Actes 1/8 mais vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’au bout de la terre.

Nous savons qu’il s’agit d’un revêtement spirituel, d’un équipement de puissance dans l’objectif de l’évangélisation missionnaire. Il est destiné à donner du zèle, de la hardiesse, du courage aux disciples. C’est ainsi que Pierre, qui avait renié Jésus, va faire un discours puissant qui va amener à la conversion 3000 âmes.

Et comme ils faisaient leur supplication, le lieu où ils étaient assemblés fut ébranlé, et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et annonçaient la parole de Dieu avec hardiesse. Ac 4/31

Et, voyant la hardiesse de Pierre et de Jean, et s’étant aperçus qu’ils étaient des hommes illettrés et du commun, ils s’en étonnaient, et ils les reconnaissaient pour avoir été avec Jésus. Ac 4/13

Et étant entré dans la synagogue, il parla avec hardiesse, discourant pendant trois mois et les persuadant des choses du royaume de Dieu. Ac 19/8

Prêchant le royaume de Dieu et enseignant les choses qui regardent le Seigneur Jésus Christ, avec toute hardiesse, sans empêchement. Ac 28/31

 

IV – Pour quelle période ?

Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité, ce dont nous, nous sommes tous témoins.  Ayant donc été exalté par la droite de Dieu, et ayant reçu de la part du Père l’Esprit Saint promis, il a répandu ce que vous voyez et entendez. Ac 2/32-33

Et Pierre leur dit, Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, en rémission des péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit, car à vous est la promesse et à vos enfants, et à tous ceux qui sont loin, autant que le Seigneur notre Dieu en appellera à lui. 2 :38-39

Ceux qui disent que cette promesse a cessé (les cessassionistes) sont dans l’erreur. Comment dans notre génération malade n’aurions-nous pas besoin de l’équipement spirituel nécessaire pour gagner des personnes à Christ et pour vivre notre foi avec assurance et hardiesse.

V – Le parler en langues, signe initial du Baptême dans le Saint-Esprit

Quand on est baptisé du Saint-Esprit, même si c’est discret, cela se voit et s’entend. Ac 2/33

Comme Pierre prononçait encore ces mots, l’Esprit Saint tomba sur tous ceux qui entendaient la parole. Et les fidèles de la circoncision, tous ceux qui étaient venus avec Pierre, s’étonnèrent de ce que le don du Saint Esprit était répandu aussi sur les nations, car ils les entendaient parler en langues et magnifier Dieu. Alors Pierre répondit, Quelqu’un pourrait-il refuser l’eau, afin que ceux-ci ne soient pas baptisés, eux qui ont reçu l’Esprit Saint comme nous-mêmes ? Et il commanda qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Alors ils le prièrent de demeurer là quelques jours. Ac 10/44-48

A deux reprises, on voit que cela se voit et s’entend puisqu’ils parlaient en langues et magnifiaient Dieu, la dimension de louange et d’adoration accompagnant la réception du Saint-Esprit même dans Actes 2 puisqu’ils disaient des merveilles de Dieu.

Le parler en langues est le seuil, le plus petit des dons qui en appelle d’autres puisque dans d’autres textes, les gens parlent en langues et prophétisent.

VI – Nécessité du Baptême dans le Saint-Esprit

Or les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, leur envoyèrent Pierre et Jean, qui, étant descendus, prièrent pour eux, pour qu’ils reçussent l’Esprit Saint, car il n’était encore tombé sur aucun d’eux, mais seulement ils avaient été baptisés pour le nom du Seigneur Jésus. Puis ils leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint. Ac 8/14-17

Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul arriva à Ephèse après avoir traversé les hautes provinces de l’Asie. Il rencontra quelques disciples et leur dit : « Avez-vous reçu le Saint-Esprit lorsque vous avez cru ? » Ils lui répondirent : « Nous n’avons même pas entendu parler d’un Saint-Esprit. » Il demanda : « Quel baptême avez-vous donc reçu ? » Ils répondirent : « Le baptême de Jean. » Alors Paul dit : « Jean a baptisé du baptême de repentance, en disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire en Jésus |le Messie|. » Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul posa les mains sur eux, le Saint-Esprit vint sur eux et ils se mirent à parler en langues et à prophétiser. Il y avait une douzaine d’hommes en tout. Ac 19/1-7

Que ce soit à Samarie lors du réveil provoqué par la prédication de l’Evangile par Philippe ou bien à Ephèse, les apôtres, Pierre et Jean, puis plus tard Paul avaient le souci de savoir si les nouveaux disciples avaient reçu le baptême dans le Saint-Esprit.

Pour lui, c’était une nécessité puisque même Jean le baptiste a cru bon de présenter Jésus comme celui qui baptise, immerge dans le Saint-Esprit et le feu.

Conclusion :

Le Baptême dans le Saint-Esprit est le détonateur d’une vie chrétienne puissante. Dieu nous ordonne d’être puissants. Et il nous dit que ce n’est ni par la force, ni par la puissance (humaine) mais par son Esprit que nous réussirons nos entreprises pour l’expansion de son Royaume.

L’Esprit de Dieu dont Jésus était lui-même revêtu conduisait Jésus et a conduit ses disciples et continue de conduire les disciples du XXIème S.

Voulons-nous évoluer dans ce fleuve et y trouver plaisir, comme Ezéchiel ? C’est un besoin, une nécessité, le Baptême dans le Saint-Esprit nous permet de transcender une vie chrétienne fade et superficielle, routinière. Il nous donne un esprit conquérant et missionnaire et nous plonge dans la mission.