Judas ou le drame d’un coeur partagé et tiède (05/05/2019) – Eric PEREZ


 

Judas est un personnage qui interroge. Son cœur n’a jamais été attaché à Jésus, il a laissé l’ennemi de son âme jeter des semences dans son cœur, d’abord l’avarice, le vol et la rapine, l’hypocrisie et peut-être aussi une teinte de nationalisme exacerbé lui donnant bonne conscience jusqu’à ce que Satan entre dans son cœur et qu’il devienne un traître en livrant Jésus aux autorités religieuses.

Ce faisant, il n’a fait qu’accomplir le plan divin de la rédemption par le sacrifice dont Jésus a fait don par sa vie livrée en rançon pour les péchés de l’humanité.

A tout moment, il a eu la liberté de choisir, de revenir en arrière, c’est-à-dire de se repentir. Il a choisi une toute autre destinée et sombrant dans des regrets qui n’étaient que de l’apitoiement sur soi, il s’est pendu et est devenu ce fils de perdition dont il est question dans la Bible.

Sa vie nous montre ce qu’il ne faut pas faire mais constitue un avertisseur : veillons sur notre cœur, ne donnons aucun accès à l’Ennemi, ne laissons aucune semence germer en nous mais arrachons cette semence avant qu’elle ne germe, c’est là la sanctification qui nous permettra de sanctifier le Seigneur dans nos cœurs, c’est-à-dire de lui réserver une place à part dans notre cœur, la place du Premier, la place qui lui revient.